,
Ma première battue aux grands gibiers de la saison

Les premières battues aux grands gibiers de la saison à Beaumont-le-Roger.

 

Elles commencent au début du mois de novembre. C’est un moment particulier que les chasseurs attendent impatiemment .

 

La chasse des grands animaux dans la forêt de Beaumont-le-Roger est une institution, presque une religion. Tout y est organisé dans un ballet parfaitement réglé. Au déjeuner, les chasseurs racontent leur première battue de la saison.  

 

Pascal, chef de ligne, nous raconte ses premières rencontres dans la forêt de Beaumont :

“Après avoir placé tous les chasseurs sur la ligne, je me suis cachée minutieusement sur mon mirador pour ne pas compromettre mes premières chances de voir des animaux. Tout l’été, j’ai pensé à cette première battue.

Un premier tir vient de claquer loin sur ma gauche, suivi d’un second, étrangement net et clair. Tout d’un coup, les bois s’animent devant moi et frémissent sous les récris des chiens. L’exaltation me prend à la gorge, comme si la forêt tout entière s’arc-boutait soudain pour faire face à la traque qui avance. Partout des oiseaux fusent, des branches craquent. Même le vent s’est levé et balaye les cimes avec fureur et hargne. Quelque part, assez loin sans doute, un chien donne de la voix.

Puis j’entends le bruit d’un piétinement sourd et un mouvement flou au milieu des fougères brûlées par l’été attire mon regard. Mais devant mon poste, les feuillages me cachent la vue. J’essaye de distinguer quelque chose. Un trait sombre vient de passer, rapidement rejoint par un autre. Je vois dans le sous bois quelque chose de blanc qui scintille.

C’est alors qu’un énorme mâle, un sanglier, sors en courant poursuivi par les chiens. Ma fidèle carabine Briano claque et le projectile de 9,3 x 62 couche à jamais le grand vieux sanglier de 169 kg. Magnifique ! ”